Après deux années d'interruption à cause du Covid le 4em rendez vous de mars devait être le dernier mais les négociateurs avaient manqué de temps, les pauvres chéris. De toute façon quand on voit les énergumènes comme le russe, le chinois, le brésilien et même le gringos le futur accord sera piétiné, bolsonarisé, poutinisé, xijinpinisé, bidenisé. Bref ! com d'hab les jesticulations onusiennes ne serviront à rien.