Le rapport de l'agence d'escrocs d'après les quotidiens italien La Stampa et britanique The Guardian semble en partie un copier-coller du document déposé en 2012 par Monsanto...